Au sujet de Léa

Qui est Léa Cari?

10 novembre, 2014

Je suis  Léa Cari.

Je suis elle et je ne le suis pas. Tout cela en même temps, au même moment. Ce sont ces 2 réalités qui se mélangent sans cesse.

Léa naît de moi mais elle n´est pas complétement moi…ou du moins pas moi maintenant. Peut-être représente-t-elle ce que j´ai été à un moment donné  ou ce que j´aurai voulu être. Elle est comme une sorte de vie parallèle.  Nous sommes unies para notre passion pour la vie, par le fait d´aimer avec intensité, de vivre et de prendre du plaisir dans tout ce que nous faisons, par notre passion pour la beauté, pour l´esthétique, pour la mode. C´est de tout cela qu´elle surgit et prend forme et c´est là que j´y mets  toutes mes sensations, mes émotions et sans doute une grande partie de ma propre histoire. On ne saura donc jamais à qui appartiennent tous ces récits : à Léa ou à moi. Mais ce qui est certain c´est que je l´ai créé au travers de mon imagination, de mon histoire et de mes désirs.

Vous lirez donc ces histoires par petits bouts… par chapitres…Comme si on feuilletait un livre…

Et voilà ce que Léa raconte d´elle-même :

Je m´appelle Léa. Je suis une femme qui rassemble des opposés : je suis  marqué par un pays où  la géographie est extrême, où la nature est d´une force si inimaginable qu´elle fait trembler les hommes lorsqu´elle se réveille. De cela j´ai hérité toute ma force. Une sorte d´amazone de la vie et de l´amour. Faite pour aimer, vivre et lutter. J´ai toujours pensé que la vie était faite pour la vivre avec intensité. Sinon rien. Sinon elle ne vaut pas la peine d´être vécu.

J´ai toujours cru que la vie devait être comme un film, sans pauses, sans temps morts. Je n´ai jamais supporté l´ennui. Cela me perturbe, me fait peur. Je pense que dans le fond j´ai toujours eu peur de me sentir comme morte en vie.

Je suis changeante dans mes humeurs,  « mi figue-mi raisin » , ce qui ne doit pas être facile à gérer pour ceux qui partagent ma vie.

La dualité est quelque chose qui revient sans arrêt dans mon histoire: 2 pays, 2 époques importantes, un avant et un après, un rôle de femme mais aussi de mère, d´épouse mais aussi de professionnel et tout ce que cela engendre. Des centaines d´histoires! Des tas de choses à raconter et partager!

Je suis chilienne de sang mais parisienne de coeur. Aimante de cette ville, de cette capitale de la mode qui m´a toujours fascinée. Sortir de chez soi un jour quelconque et s´habiller différemment, avec une nouvelle robe, ou avec un de nos jeans favoris juste parce que l´on en a envie. Pour se plaire à soi-même et se sentir belle. Sentir que tout peut arriver…

Et c´est ainsi, comme une journée ordinaire peut se transformer en une grande histoire…

Moi comme créatrice de mode

10 novembre, 2014

Je n´ai fait aucune étude liée à la mode et cependant j´ai imaginé dans ma tête et par la suite bel et bien crée des vêtements !

J´ai vécu  pendant de nombreuses années dans l´une des capitales les plus importantes de la mode : Paris. Ceci a sans doute forgé en moi une grande sensibilité pour l´esthétique. J´ai toujours été lié au monde artistique car j´ai fait de la  danse et de la sculpture  mais ce qui me plait sans doute le plus est de créer des vêtements pour femmes.

Et comme mon autre grande passion est celle d´écrire quoi de mieux que de faire un blog où je puisse mélanger la mode avec l´écriture ? Les unir au travers d´histoires qui prennent vie avec Léa, au travers de ses réflexions, de ses émotions, de ses pensées.

Car après tout la mode c´est bien ça aussi non? Tout comme l´écriture elle nous interpelle, elle nous émeut, elle nous provoque, elle transforme notre vision de la vie. La mode est aussi puissante que ça. L´écriture est aussi puissante que ça.

Vous trouverez dans mon blog des histoires drôles, des histoires plus sérieuses, des histoires qui vous plairont, d´autres non. Mais c´est la vie, non ? Pleine de différences et de contradictions.

Alors bienvenue à mon blog !

Yo-como-disenadora-de-la-vida

Ce que j´aime de la vie…

28 octobre, 2014

L´odeur du pain grillé le matin. L´odeur du café. Le sourire coquet de mes enfants. Leurs rires et leur innocence.  Les voir grandir. Les voir heureux. Avoir une fille, l´embrasser, la câliner, l´aimer. Faire des câlins le matin dans mon lit avec mes enfants. L´air frais du matin juste après la pluie. Une matinée ensoleillée. L´odeur de la terre mouillée et de l´herbe tout juste coupée. Un bon dîner. Manger des gâteaux comme si c´était un pêché…mignon. Me baigner nue dans la mer. Rire. Séduire. Le sable chaud. Les mains fortes d´un homme. Un bon verre de vin. Les bulles du champagne. Les vacances. Rencontrer des gens.  Dormir après avoir nagé un après midi entier. Faire l´amour. S´endormir après l´avoir fait. Etre enceinte. Avoir des enfants. Faire des enfants. Etre maman. Les films. Les photos. Ma famille. Me sentir libre. Sentir que le monde m´appartient et que tout est possible. Que tout peut arriver. Les voyages. Le dépaysement total. Les amis. Le luxe. La beauté. L´amour. La passion. La sensualité. La voluptuosité. Les mots: « gourmandise », « chuchoter », « se lover », « crépiter ». Les surprises. Les cadeaux. Les fêtes. Noel à Paris, avec de la neige. Qu´il fasse froid. Les couleurs de l´automne. Les restaurants. La vitesse. Les voyages en train. Regarder les paysages qui défilent, Ne penser à rien. Me ballader. Flâner. Me maquiller. M´offrir des moments pour moi toute seule.  Ecrire. Conduire ma voiture et sentir que je dirige ma vie comme je l´entends. Faire des projets. Sentir que l´alcohol me monte à la tête. Les fruits d´été. Leur fraîcheur. Mettre des petites robes d´été. Marcher pieds nus sur l´herbe.  Regarder la mer. Fermer les yeux et écouter comment l´eau se faufile entre les pierres. L´air marin. Sentir comment il gifle mon visage. Etre au chaud chez moi quand il pleut. Me sentir protégée. Un feu de cheminée. Le bois qui crépite. Tomber amoureuse. Eperdumment.

Vivre… Tout simplement…

Phrases que j´aime…

10 novembre, 2014

Parce qu´après tout nous ne sommes que des grains de sable dans l´univers :  

“Silence avant de naître, silence après la mort, la vie n´est que bruit entre deux profonds silences.”

Isabel Allende dans Paula

Parce que cela m´est arrivé:

“Ce sont mes terres qui me sauveront de tant de douleur. C´est là-bas que je dois aller. On doit toujours revenir à ses origines. C´est mon heure. »

Parce que je m´en rends compte maintenant:

“Je lui ai expliqué que j´avais abandonné la jeunesse le jour où j´avais arrêté de consommer les moments, de les vivre rapidement, les pressant pour savoir ce qu´il y avait après »

“Mon nord était de façon si certaine le futur que je pressais le présent sans le savourer. »

Parce que nous sommes incroyables et dignes d´être admirées :  

“Raconter l´histoire d´une femme. Une femme est l´histoire de ses actes et pensées, de ses cellules et neurones, de ses blessures et de ses joies, de ses amours et ses désamours. Une femme est inévitablement l´histoire de son ventre, des graines qui fécondèrent en elle ou pas, ou qui se sont arrêtées de le faire, et de ce moment seul et unique dans lequel on devient déesse. Une femme  est l´histoire de l´anodin, du quotidien, des silences. Une femme c´est toujours l´histoire de plusieurs hommes. Une femme est l´histoire de son peuple et de sa race. Et elle est l´histoire de ses racines et de son origine, de chaque femme qui a été alimentée para l´antérieur pour qu´elle puisse naître : une femme est l´histoire de son sang. »

 Marcela Serrano dans  Antigua Vida Mía

Parce que sinon, nous ne pourrions pas vivre:

“La valeur des rêves c´est qu´à un moment donné ils peuvent devenir réalité. »

(Je ne me souviens plus de qui est cette phrase)

“L´alchimie du bonheur dépend du juste mélange des oublis. »

“Il s´agit simplement de , comment dire? Une jeu fascinant contre l´adversité dans lequel ce qui compte vraiment est la possibilité de continuer à rêver.”

“Avec le temps qui passe, le temps est passé sur mes pas et moi je me suis rempli d´oublis qui ont fini par m´oublier. »

Luis Sepúlveda en Desencuentros

Parce que nous sommes faibles et forts à la fois:

“Je suis un homme décent. J´ai peur.”         José Martí

Parce que cela me fait penser à l´homme qui est le pilier de ma vie:

“Si une fois la vie te maltraite, rappelle-toi de moi, qui ne peut se lasser d´attendre celui qui ne se lasse pas de te regarder. »

Luis García Monta dans Habitaciones separadas

Parce que cela marque la différence entre ceux qui sont intenses et ceux qui ne le sont pas:

“La vie est une comédie pour ceux qui pensent et une tragédie pour ceux qui sentent. »            Horace Walpole

Parce que je ne suis pas du tout d´accord avec cette vision de la femme:

“Mais le destin des femmes est de remuer une peine d´amour dans une maison rangée, devant une tapisserie qui n´est pas finie. »

María Luisa Bombal dans La Amortajada

Parce que j´aimerai effacer certains épisodes et les oublier:

“Comme si rien ne s´était passé, comme si avec son geste il pouvait faire que la journée recommence et que les faits se défassent”.

Espido Freire dans Melocotones helados

Parce que je suis intense:

“Une fois ça ne compte pas. Une fois c´est jamais. »          (Je ne me souviens plus de qui est cette phrase)

Pour la franchise des mots:

“Dora dit: fais des enfants. Maman et  Betsy disent: trouve toi une oeuvre de charité. Aide les SDF et les invalides. Ou donne de ton temps à l´environnement. C´est vrai, le monde des nobles causes est vaste, un merveilleux paysage à découvrir. Mais pour l´instant une seule chose m´intéresse: trouver un amant! »

Joni Mitchele  (Prase utilisée dans  Shangaï Baby de Weihui)

Parce que j´aime le concept du sommeil partagé:  

“L´amour ne se manifeste pas par le désir de faire l´amour. Ce désir est commun à une multitude de femmes, mais si par le désir du sommeil partagé. Ce désir est celui d´une seule femme.”

Kundera dans l´Insoutenable légèreté de l´être.

Parce que le fait d´écrire est une vraie thérapie :

“Les écrivains enterrent leur passé sous les mots.”

Parce que j´adore être femme:  

“Ces moments de narcissisme dans lequels nous mettons de l´ombre à paupières, dessinons les lèvres et mettons du fard à joues face à un miroir sont exquis. Juste pour cela, je suis d´accord pour me réincarner en femme une fois encore.”

Parce que des fois je le pense:

“Après tout, je dois être une fille des plus ordinaires qui se berce d´illusions et qui s´est mis en tête de devenir célèbre en écrivant. »

Weihui dans Shangai Baby

Parce que je l´ai vécu, dans ma propre chair:

“Nous sommes des amants. Nous ne pouvons plus nous arrêter d´aimer.”

“…parce que ça s´etait perdu dans l´histoire comme l´eau dans le sable et qu´elle le retrouvait juste maintenant à cet instant précis de la musique lancée au travers de la mer. »

Marguerite Duras dans L´Amant

Parce que cela m´a profondément troublé:

“Je retrouverai chaque morceau de ton coeur brisé et je le réparerai. Certainement cela me prendra beaucoup de temps mais je suis un homme patient. Mais par dessus tout je serai ton ami.”                  Film Incendiary

Parce que ce sont les plus belles déclarations d´amour qu´on m´ait fait:

“Je t´aime là où finissent les chiffres … »               M. mon fils à 5 ans

“Je ne peux pas m´arrêter de t´aimer… »             M. mon autre fils à 5 ans